Trouver le chemin initiatique

Trouver le chemin initiatique

magie joie patience tantrisme sagesse méditation voyage astral compassion gnose non-dualité respect magnétisme énergie feu chakra initiation partage alchimie mercure transmutation sourire ego arcane art kabbale conscience anges pentacle gratitude justice cosmos karma maîtres charité éveil esprit prière Christ Elohim yoga Kundalini acceptation nature vitriol force Homme-Femme-Feu-Eau sexe soleil lune quiétude âme tempérance mort incarnation mantra éther volonté intuition loi verbe évangiles avatar


6 rites tibétains de la fontaine de Jouvence : explication pratique et ésotérique

Publié par lovol sur 28 Décembre 2016, 16:51pm

Catégories : #Pratique, #Gnose, #Prière, #Méditation, #Rites Tibétains, #Guérison, #Santé, #Exercice de lamaserie, #Chasteté, #Transmutation, #Energie sexuelle, #Vajroli Mudra

6 rites tibétains de la fontaine de Jouvence : explication pratique et ésotérique

Ces 6 rites ne sont pas la propriété d'une seule école ou tradition. On retrouve ces exercices chez les derviches et de façon largement rependue dans divers textes sacrés.

Mais plus rare est l'explication qui porte sur la dimension ésotérique de ces exercices.

Les 6 rites de la lamaserie Tibétaine « la fontaine de jouvence » sont associés à la prière.

Chaque rite ou Sadhana est l'occasion d'approfondir un peu plus un état de recueillement.

L'objet central de ces 6 rites Tibétains est la Divine Mère Kundalini, le principe féminin de la divinité (de l’Être).

Notre prière doit correspondre à notre besoin le plus pressant : une question de santé, la guérison de n'importe quelle affliction ou maladie ou bien l'éveil de la Conscience par exemple.

L'apprentissage de chaque rite ne se résume pas à une gymnastique, aussi bénéfique qu'elle soit.

L'apprentissage de chaque rite consiste à approfondir un état de recueillement dans lequel nous pourrons nous adresser avec le cœur à notre Mère Divine particulière afin qu'elle invoque son divin époux, le divin Troisième Logos, le très sacré Esprit-Saint.

L'état de concentration devra nous conduire petit à petit à nous identifier avec le Logos, avec l'Esprit-Saint, jusqu'à ordonner, par exemple, à l'organe malade de guérir, en disant plein de foi : guéris, guéris, guéris, travaille, travaille, travaille !

 

Nous pouvons comprendre que l'état intérieur demandé se rapproche d'un état de méditation.

C'est cela la clé ésotérique de ces rites : un cœur porté par la foi et la joie de communier avec le divin.

Commentaire

« le Troisième Logos est masculin et se dédouble en la Mère divine Kundalini (Parvati ou Shakti pour les Hindoustans) : ainsi se forme le premier couple divin et ineffable, l'Elohim créateur, le Kabire ou Grand-Prêtre, le Ruakh Elohim qui, selon Moïse, nettoya les eaux au commencement du monde. » S.A.W.

(Vous pouvez suivre ce lien pour lire une conférence d'introduction à la Kabbale gnostique (site de Gnostic Publishing))

PREMIER RITE

Debout, bien droit, bras ouverts en croix, tourner sur soi-même dans le sens des aiguilles d'une montre, les yeux ouverts, en effectuant idéalement 12 tours.

Nous pouvons imaginer que nous sommes debout au centre d’une horloge et que nous tournons dans le même sens que les aiguilles de l’horloge. Il va sans dire que certains devront commencer par quelques tours, jusqu’à ce qu’un jour ils puissent faire les douze tours.

On terminera le rite en s'immobilisant, bras le long du corps, les yeux fermés et en restant ainsi jusqu'à ce que l’étourdissement disparaisse.

Pendant ce temps, chacun continuera de prier, d’implorer la Mère Divine qu’elle supplie son époux divin de lui accorder la guérison de tel organe malade ; le disciple suppliera intensément la Mère Divine d’intercéder pour lui auprès du Logos, puis il s’identifiera complètement avec le Logos pour guérir l’organe.

 

 

Explications complémentaires

« Tu vas toi-même exécuter cet exercice de façon pratique. Concentre-toi sur ta Mère Divine Kundalini, les pieds joints fermement, de façon militaire, les bras ouverts de chaque côté de ton corps. Commence maintenant à tourner de gauche à droite en demandant intensément ce que tu désires le plus, d’abord et avant tout la guérison d’un organe malade, ensuite, que tes chakras tournent. Il n’y a pas de doute que si tu tournes de gauche à droite, dans le sens des aiguilles d’une montre vue de face, les chakras tourneront positivement. Tu tournes et tournes au rythme qui te convient. Le nombre de tours demandé, c’est douze, mais si tu veux continuer et en faire des centaines, c’est l’affaire de chacun, n’est-ce pas ?

Pendant que tu effectues ces tours, tu dois te concentrer sur ta Divine Mère Kundalini, lui demander d’appeler l’Esprit-Saint, de supplier le Logos qu’il te soigne et te guérisse ; il faut en outre ouvrir l’organe malade en lui disant : Sésame ouvre-toi, Sésame ouvre-toi, Sésame ouvre-toi. C’est un mantra qui figure dans les « Mille et une nuits », mais les gens croient qu’il ne s’agit que d’un ravissant livre de contes et ne prêtent aucune attention à ce mantra. Cependant, c’est un véritable mantra. Tu commandes à l’organe : Sésame, ouvre-toi, pour que la force vitale curative entre en toi ; alors, la force de l’Esprit-Saint pénètre dans l’organe, la force du Troisième Logos guérit l’organe, mais il faut accomplir tout cela avec beaucoup, beaucoup de foi. »

2ème RITE

On commence par s'allonger sur le dos, pieds joints, bras en croix avec les paumes tournées vers le ciel.

Dans cette position, on intensifie un état de recueillement en ressentant chaque partie de son corps qui est lui-même l’œuvre de notre Divine Mère individuelle. Dans cette présence à soi-même, on implore de nouveau la Divine Mère Kundalini afin qu'elle accède à notre demande urgente : guérir un organe malade, nous aider à comprendre une situation, un défaut afin de l'éliminer, etc.

 

Une fois que nous avons formulé notre demande, nous levons lentement nos jambes de sorte à ce qu'elles soit dressées verticalement. En Orient, cette posture ou geste inversé est nommé Viparita Karani Mudrâ : son principe consiste à élever la base du corps plus haut que le front. Toutefois, on peut se contenter de garder seulement ses jambes à la verticale et de s'aider de ses mains pour les maintenir dans cette position.

Cette position permet au sang d'affluer à la tête et de faire travailler certaines régions spécifiques du cerveau en fortifiant notamment les sens de la vue, de l'odorat, de l'ouïe et du goût.

Nous devons nous maintenir dans cette position avec cette même disposition intérieure de recueillement en suppliant notre mère divine particulière afin qu'elle obtienne l'assistance de son divin époux, l'esprit saint.

 

Il existe une une modalité spéciale du Viparita Karani Mudra pour rajeunir le corps en tant que pratique à part entière. Article:

Exercice tibétain de rajeunissement

méditation et Viparita Karani Mudra

3ème RITE

A. Ce rite commence par un exercice de respiration (pranayama).
On va faire 3 pranayamas.


(Il s'agit d'alterner sa respiration en inspirant par une narine pour expirer par l'autre, puis d'inspirer par cette dernière pour enfin expirer par la première.)

On se met à genoux sur le sol, face à l'est, dans la direction du soleil levant. On garde la main gauche sur le plexus solaire (ou le long du corps).

On se sert uniquement du pouce et de l'index de la main droite.

Les femmes commencent en bouchant la narine gauche avec l'index, les hommes bouchent la droite en premier (avec le pouce).


La tête est à peine inclinée vers l'avant. On commence par positionner ses deux doigts, pouce et index, de par et d'autre du nez, comme une pince.

Début du pranayama (exemple pour les femmes)

  • On commence par boucher la narine gauche (avec l'index) et on inspire par la narine droite.
  • On garde l'air quelques secondes en bouchant les deux narines.
  • On libère l'air par la narine gauche en gardant la narine droite fermée avec le pouce.
  • On inspire par cette narine gauche, toujours avec la narine droite bouchée.
  • On ferme les deux narines pour garder l'air quelques secondes et on expulse l'air par la narine droite (la gauche reste fermée).
  • Nous nous retrouvons à la position de départ. Nous avons réalisé un pranayama.

On exécute 3 pranayamas en tout.

Cet exercice est volontairement simplifié pour ces rites mais on peut consulter ici le pranayama christique égyptien.

B. Recueillement

Après cet exercice, tu baisses la tête et tu entres en prière, invoquant la Divine Mère Kundalini Shakti, suppliant Devi Kundalini de t'accorder ce dont tu as besoin.

C. Position (Asana)

A présent, toujours à genoux, incline ton corps vers l'arrière ; tes bras restent le long du corps. Penche bien ton corps en arrière, autant que tu peux. Tu demeures dans cette position quelques secondes, en priant, implorant, suppliant la Bienheureuse Mère Kundalini d'intercéder pour toi auprès du Troisième Logos afin qu'il t'accorde la faveur que tu veux obtenir, soit la guérison ou n'importe quel autre bienfait.

Cet exercice est plutôt court, à cause de l'effort qu'il exige mais c'est un excellent exercice pour rendre au corps son agilité et brûler les toxines.

 

4ème RITE

Assis par terre, jambes allongées, talons joints, main posées à plat sur le sol derrière soi; le tronc appuyé sur les bras tendus est un peu incliné vers l'arrière.

Dans cette position, on se recueille un moment en intensifiant sa demande

Poser ensuite les pieds à plat sur le plancher et lever le bassin en l'air pour prendre la posture de la table: cuisses, tronc et tête forment une ligne droite.

Rester concentré sur Dieu-mère.

 

5ème RITE

A. Ce rite commence par un exercice de respiration (pranayama).
On va faire 3 pranayamas. (voir le troisième rite pour les détails)

B. Première position

Les paumes des mains sont posées à plat par terre, le corps étant soutenu par les bras tendus, à la manière du petit lézard ; les jambes, également tendues, rectilignes, ne touchent pas le sol, on est appuyé sur la pointe des pieds. La tête se trouve dans le prolongement du corps, formant avec la nuque, le dos, le bassin, les jambes, une ligne bien droite, ce qui rappelle l'allure du lézard.

On reste immobile quelques instants dans cette posture, pour adresser à notre Divine Mère une fervente supplique. On peut alors poursuivre l'exercice, en gardant notre esprit bien concentré sur notre Mère Kundalini.

C. Positions dynamiques

"Sans bouger les mains ni les pieds et en expirant profondément, on lève la région du bassin, la tête s'abaisse et vient se placer entre les bras tendus ; le corps fléchi vers le haut forme une sorte d'accent circonflexe, les jambes sont droites et le corps se trouve dans le prolongement des bras : on essaie de coller les talons au plancher, ce qui étire les muscles arrière des jambes."

"Puis, sans que les pieds et les mains se déplacent, et sans fléchir les bras, lesquels restent tendus pendant tout exercice, on abaisse le bassin, ce qui cambre les reins et amène le tronc et la tête à se redresser verticalement ; il est important de ne pas rentrer la tête dans les épaules, il faut bien dégager la tête et relever le torse le plus possible ; le dos est bien cambré et l'on sent l'étirement de la région abdominale. Dans cette position, le corps demeure appuyé sur la pointe des pieds et les jambes restent droites, à quelques pouces du sol. En même temps qu'on redresse le torse, on doit inspirer profondément."

"Puis l'on expire en reprenant la position précédente, le bassin en l'air, bras et jambes tendus et le corps formant un accent circonflexe.

On recommence et on répète toutes les phases de l'exercice autant qu'on le désire, mais sans exagérer, tout en priant avec ferveur notre Divine Mère Kundalini de mettre en activité tous nos chakras."

D. Position finale

"Nous terminerons cette série de mouvements de la façon suivante : lorsque, après avoir accompli l'exercice en entier plusieurs fois, la région du bassin se trouvera en l'air, le corps dans le prolongement des bras et de la tête, formant presque un angle droit avec les jambes tendues, alors, au lieu de redescendre pour aller redresser le torse, on fait quelques petits pas en avant, mais sans bouger les mains, seuls les pieds avancent. Le corps forme à présent avec les jambes un angle aigu, les jambes restent tendues, sans fléchir ; on essaie de mettre les pieds à plat sur le sol, ce qui tire fortement sur les muscles des jambes."

"Dans cette position, à quatre pattes comme le cheval, la tête entre les bras, plus bas que le tronc, le corps formant une arche humaine parfaite, nous devons entrer en prière, implorant, suppliant la Mère Divine, pour qu'elle comble nos besoins les plus pressants.

Nous restons quelques moments en prière, immobiles, dans cette position où nous formons une sorte de pont, d'arcade humaine, puis nous fléchissons les genoux pour abaisser le corps, nous redressons lentement le torse et nous nous levons debout. L'exercice est terminé."

 

6ème RITE

Vajroli Mudra (Transmutation pour les Célibataires)

"Nous allons traiter du sixième rite qui est en relation avec le VAJROLI MUDRA : il s’agit de la transmutation sexuelle ; l’énergie sexuelle est le type d’énergie le plus fin que puisse fabriquer l’organisme, c’est la force la plus subtile avec laquelle puisse travailler le corps.
Le véhicule humain a des canaux très fins par où circule l’énergie, et si cette énergie vient à sortir de ces canaux, à faire irruption dans d’autres canaux, alors c’est la catastrophe.
L’énergie sexuelle est une force explosive merveilleuse que nous devons apprendre à manier et diriger sciemment si vraiment nous voulons l’Autoréalisation intime de l’Être.
Le Vajroli Mudra est destiné tout spécialement aux célibataires, bien qu’il puisse aussi, indubitablement, être utile aux gens mariés ; nous pourrions dire, plus précisément, que les célibataires disposent, avec le Vajroli Mudra, d’une méthode fondamentale, d’un système spécifique pour se maintenir en état de Brahma Charya, c’est-à-dire de chasteté.
Ceux qui n’ont pas de femme, ou les femmes qui n’ont pas de mari, doivent se conformer à l’état de Brahma Charya, sans faillir, jusqu’au jour où les hommes auront leur prêtresse et les femmes leur mari.
Beaucoup de célibataires voudraient accomplir l’union sexuelle ici et là avec différentes femmes ; c’est de la fornication, c’est défendu aux aspirants à l’Adeptat.
L’individu qui aspire vraiment à atteindre l’Adeptat ne peut s’unir avec plusieurs femmes, parce qu’alors il viole la Loi, il va à l’encontre du sixième Commandement de la Loi de Dieu.
Le célibataire doit se maintenir avec fermeté dans le Brahma Charya jusqu’à ce qu’il ait une épouse, il doit pratiquer rigoureusement le Brahma Charya, ce qui n’est pas possible si l’on ne sait pas transmuter son énergie sexuelle.
Celui qui veut apprendre à transmuter doit connaître parfaitement le Vajroli Mudra, sinon il ne sait pas, il ne connaît pas, il ne possède pas la science de la transmutation.
Le Vajroli Mudra, entre autres avantages, permet au célibataire, même s’il est seul, de conserver sa puissance sexuelle, de ne pas perdre sa virilité ; normalement, un organe non utilisé s’atrophie, si l’on cesse de se servir de notre main elle s’atrophie, si l’on cesse d’utiliser l’un de nos pieds, il ne sera plus en mesure de fonctionner ; de la même façon, si l’on cesse de faire usage de nos organes créateurs, ils s’atrophieront tout simplement et l’homme deviendra impuissant et alors il marchera mal sur la Voie.
Mais avec le Vajroli Mudra on peut conserver sa puissance sexuelle pendant toute sa vie. Je ne veux pas dire, et je tiens à le préciser, qu’avec le Vajroli Mudra un individu va créer ses corps existentiels de l’Être, non, jamais je ne ferais ce genre d’affirmations, et je ne prétends pas, non plus, qu’avec cela on va parvenir à l’Autoréalisation intime de l’Être, non.
Celui qui veut s’autoréaliser devra travailler dans la Forge des Cyclopes, c’est certain. Il se produit qu’avec le Vajroli Mudra on travaille avec une seule force, dans le cas de l’homme avec la force masculine et rien d’autre, et dans le cas de la femme, avec la force féminine, sans plus.
Pour créer les corps existentiels supérieurs de l’Être, il faut quelque chose de plus, il faut travailler avec les trois forces de la nature et du Cosmos, premièrement, la force masculine, deuxièmement, la force féminine qui est dans la femme et troisièmement, la force neutre qui concilie les deux autres.

Comme je te l’ai dit déjà en d’autres occasions, la force masculine est la Sainte-Affirmation, la féminine est la Sainte-Négation et la force neutre est la Sainte-Conciliation. Il est indubitable que pour qu’il y ait création, les trois forces sont nécessaires : voilà pourquoi le Maïthuna est indispensable pour pouvoir créer les corps existentiels Supérieurs de l’Être.

Les gens communs et ordinaires ne possèdent pas les corps astral, mental ni causal ; ces corps doivent être créés et ils peuvent être créés seulement au moyen du Maïthuna ou du Sahaja Maïthuna, c’est-à-dire de la Magie Sexuelle.

Cependant, le Vajroli Mudra sert, je le répète, aux hommes qui n’ont pas de femme, aux femmes qui n’ont pas d’homme, de même qu’aux couples qui travaillent avec le Sahaja Maïthuna, car il les aide tous à sublimer et transmuter leur énergie sexuelle.
Le Vajroli Mudra est donc très utile aux célibataires des deux sexes et aux gens mariés. Bon, après cette explication, je vais maintenant donner la technique du Vajroli Mudra."

Tout d’abord je me mets debout, bien droit, les talons joints, et je place mes mains sur mes hanches.

1 - je vide mes poumons ainsi:

Je pose mes mains à plat sur mon ventre, de chaque côté du nombril, et je les fais glisser lentement vers le bas, le long de mes cuisses, en me penchant vers l’avant, comme pour faire une profonde révérence, jusqu’à rejoindre mes genoux. En abaissant mes mains et en m’inclinant lentement, sans plier les jambes, j’expire à fond, afin de vider mes poumons de tout l’air qu’ils contiennent, de telle sorte qu’au moment où mes mains peuvent saisir mes genoux, je n’ai plus d’air dans les poumons.

 

2 - je stimule et masse mes organes sexuels ainsi (poumons vides):

Je relève lentement mon corps, je me redresse peu à peu, sans bouger les pieds, les talons toujours collés, je fais remonter mes mains le long de mes cuisses et je les remets sur mes hanches, au moment où mon corps se trouve à nouveau bien droit ; dans cette position, mes bras ressemblent aux deux anses d’une jarre.

Je n’ai pas encore repris mon souffle, mes poumons sont tout à fait vides.

Je poursuis l’exercice en faisant descendre mes mains vers mes organes créateurs, mais je n’ai toujours pas rempli mes poumons d’air ; je fais à présent un massage au niveau de la prostate, pour que la vibration atteigne la prostate et qu’il y ait une transmutation sexuelle.
Ce massage, je le fais non seulement sur la prostate mais je peux et je dois aussi le faire sur les organes sexuels, avec fermeté. Après avoir effectué ce massage sur mes organes génitaux créateurs, je pose à nouveau mes mains sur mes hanches, en gardant le corps droit.

3 - je retrouve la position initiale et j'inspire ainsi:

Ayant ramené les mains sur les hanches, j’inspire alors profondément remplissant mes poumons d’air, en dirigeant, en faisant monter l’énergie jusqu’au cerveau par les canaux subtils d’Ida et Pingala. Puis j’exhale lentement.

Je répète tout l’exercice jusqu’à ce que je l’aie accompli trois fois.

 

Explications supplémentaires

"Quant au massage sur la prostate et sur les organes génitaux, il y a trois types de massages :

  • Premièrement : Le massage très doux sur la prostate et les organes sexuels
  • Deuxièmement : Le massage moyen, un peu plus fort, sur la prostate et les organes sexuels
  • Troisièmement : Le massage fort sur la prostate et les organes créateurs. Il va de soi que ce massage fort produit l’érection du phallus, c’est une chose certaine, et il doit en être ainsi ; c’est pour cela que ce troisième type de massage est conseillé tout spécialement pour les célibataires, pour ceux qui n’ont pas d’épouse. Nous suggérons à ceux-là ce troisième type de massage. Ainsi, lorsque le phallus se trouve être en érection, il se produit la transmutation du Semen en énergie que l’on fait monter jusqu’au cerveau.


Quant aux gens mariés, ils se limiteront au premier et au deuxième type de massage, sans plus, et même, le premier type est plus que suffisant puisqu’ils ont une femme et qu’ils peuvent amener leur phallus à sa totale érection au moyen du Sahaja Maïthuna."

"Dans le cas de la femme, le Vajroli Mudra est pareil, si ce n’est que la femme doit effectuer le massage sur les ovaires droit et gauche et sur ses organes sexuels, c’est-à-dire, pour être plus précis, sur le vagin ou la Yoni. La femme peut alors transmuter l’énergie sexuelle produite.
De même, la femme mariée n’a pas besoin d’un massage fort, un massage doux suffit ; mais la femme célibataire a besoin d’un massage un peu plus fort afin d’accomplir la transmutation de sa propre énergie sexuelle, il est nécessaire de faire monter cette énergie jusqu’au cerveau."

Nous devons donc faire preuve d’une grande force de volonté durant le Vajroli Mudra, et éviter qu’une pensée luxurieuse traverse notre mental ; il faut contrôler les sens, il faut subjuguer le mental.

Lorsqu’on pratique le Vajroli Mudra, on doit être concentré sur la Mère Divine Kundalini ou sur le Troisième Logos ; si, durant notre pratique, nous nous concentrons uniquement sur nos organes sexuels et oublions notre Mère Divine, et oublions le Troisième Logos, alors l’énergie n’est pas sublimée et nous allons à l’encontre de la Loi cosmique.

Nous devons en outre considérer que si l’être humain n’a pas suffisamment de pureté dans ses pensées, il peut dégénérer et devenir un masturbateur ; pour les impurs et les masturbateurs, il y aura l’abîme et la deuxième mort, où l’on entend seulement des pleurs et des grincements de dents.

Ainsi donc, le Vajroli Mudra est pour les hommes totalement chastes qui sont véritablement disposés à suivre le chemin de la chasteté la plus absolue, et c’est également le Vajroli Mudra pour les femmes qui sont prêtes à suivre le sentier de la chasteté absolue.

Le Vajroli fort est très puissant et l’individu, entendons le célibataire, ne devra le pratiquer qu’une seule fois par jour, il devra être très sérieux et respectueux de son propre corps.

L’individu marié n’a pas besoin de pratiquer le Vajroli fort, car l’érection, il l’a avec son épouse-prêtresse.
De même, une femme qui est mariée n’a pas besoin de pratiquer le Vajroli fort, car pour cela, elle a son époux ; dans ce cas, les hommes et les femmes mariés feront leurs massages d’une façon très douce ; ce qu’ils chercheront est d’élever leur énergie créatrice subtile et divine jusqu’au cerveau.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents